La région des Hauts-de-France est l'une des plus touchées par le suicide

La région des Hauts-de-France est l'une des plus touchées par le suicide
Elise Leclercq 15:56 - 05 février 2019

Selon la dernière étude de Santé Publique France, la région des Hauts-de-France est la première en terme d'hospitalisations pour tentatives de suicide. En 2017, le taux d’hospitalisations pour tentatives de suicide, était supérieur de près de 80% au taux national. Une tendance qui va pourtant à la baisse par rapport au début des années 2000 et pour laquelle l'Agence Régionale de la Santé s'investit.

Dans les Hauts-de-France on note une surmortalité suicidaire régionale, tous sexes confondus, supérieure de 30 % à la mortalité suicidaire nationale.

->La région Hauts-de-France est au 1er rang des régions en terme d’hospitalisations pour tentatives de suicide.

-> A l’échelle régionale, les indicateurs de morbi-mortalité suicidaire les plus défavorables sont observés dans les départements de la Somme et du Pas-de-Calais.

-> Comme au niveau national, les profils démographiques différent pour le suicide et les TS :

Les hommes sont majoritaires parmi les suicides : 4 suicides sur 5 concernaient un homme (78 %)
Tous sexes confondus, les 45-49 ans reprèsentent la part la plus importante des suicides dans la région (13%)
Les adolescentes sont largement sur représentées parmi les TS : chez les jeunes filles de 15 à 19 ans, le taux annuel d’hospitalisations pour TS calculé sur 2015-2017 s’élevait à 6,5 pour 1 000 adolescentes.

-> 1 suicidant sur 10 a réitéré son geste suicidaire dans les 18 mois de la période d’étude dont la moitié dans les 4 mois suivant une première admission pour TS. En 2017, sur un peu plus de 7000 patients des Hauts-de-France admis aux urgences pour une tentative de suicide, le taux de récidive était de 12%. Ces résultats illustrent la nécessité d’une prise en charge rapide des personnes suicidaires afin de prévenir les récidives, ce que propose le dispositif VigilanS largement déployé depuis 2015 dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais.

-> En 2017, un habitant des Hauts-de-France sur 10, âgé de 18 à 75 ans, déclarait avoir fait une tentative de suicide au cours de sa vie et 1 sur 20 avoir eu des pensées suicidaires dans les 12 mois précédents.

-> La dimension des conduites suicidaires est multifactorielle : facteurs socio-économiques, événements négatifs de la vie, violences, antécédents de troubles mentaux ou état dépressif caractérisé...

Pour autant une tendance suicidaire à la baisse

-> Les pensées suicidaires ont diminué entre 2005 et 2010. Elles sont stables depuis, alors que l’on constate leur augmentation significative au niveau national.
-> Bien que toujours élevé, le taux d’hospitalisation pour tentative de suicide est en diminution et suit la tendance nationale.
-> Le taux de mortalité par suicide a diminué de 20% entre 2000 et 2015.

Quelles actions de l'Agence Régionale de la Santé (ARS) ?

Depuis plusieurs anneées, l’ARS agit dans son champ de compétence pour prévenir ces comportements, au moyen d’actions diversifieées et compleémentaires. Le Projet régional de santé 2018-2027 renforce cet engagement :


->Maintenir le contact avec les suicidants dès leur sortie de l’hôpital : VigilanS. Numéro vert dédié, information du médecin traitant, rappel téléphonique régulier des suicidants, etc. Plus de 12.000 personnes ont déjà bénéficié du dispositif VigilanS dans le Nord et le Pas-de-Calais. Il est en cours d’extension sur l’ensemble des HDF. Cette innovation de l’ARS et du CHU de Lille a fortement contribué à une diminution globale des conduites suicidaires et des récidives. Ces indicateurs très favorables ont conduit la Ministre de la Santé à annoncer le déploiement de VigilanS à l’échelle nationale d’ici fin 2020.


->Aider les jeunes à faire face à l’adversité : il s’agit d’accompagner le développement de leurs compétences « psycho-sociales », qui permettent à une personne de répondre aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne (savoir résoudre les problèmes, gérer son stress, etc.)


->Mieux former les professionnels de santé : un plan de formation est déployé en région. Il est composé de 3 modules : le repèrage et l’orientation, l’évaluation du risque suicidaire, la gestion des crises, pour laquelle une première session s’est déroulée en janvier 2019.


->Prévenir la contagion suicidaire, notamment en intervenant de façon préventive lorsqu’un suicide a eu lieu au sein d’une collectivité.

 

Envoyer un commentaire

Info-Trafic

Accéder

Notre Facebook

TURF

Accéder

Rechercher un titre

à

météo

Accéder