Réunis au Touquet, les professionnels de la protection de l'enfance tirent la sonnette d'alarme

Réunis au Touquet, les professionnels de la protection de l'enfance tirent la sonnette d'alarme
Salvatore Stella, président du CNAEMO et Michaël Roux, adhérent du CNAEMO et directeur SPreNe Côte d'Opale.
07:43 - 20 juin 2022

Plus de 1000 professionnels de la protection de l'enfance étaient au Touquet la semaine dernière pour les Assises Nationale du CNAEMO, le Carrefour national de l'action éducative en milieu ouvert. Ils tirent la sonnette d'alarme d'une profession au bord de l'asphyxie.

Des professionnels sont au bord de l'asphyxie. Et pour cause, la crise sanitaire a accentué des problématiques déjà pré-existantes dans le secteur. Depuis deux ans, les listes d'attentes pour la prise en charge des enfants se sont considérablement allongées. Et le recrutement de nouveaux éducateurs est devenu très compliqué, avec de nombreux départs et un secteur qui manque d'attractivité.

Salvatore Stella, président du Carrefour national de l'action éducative en milieu ouvert, le CNAEMO

0:00
0:00

Avec ces listes d'attente qui s'allongent, il est urgent de mettre plus de moyens dans la protection de l'enfance

Salvatore Stella

0:00
0:00

Le confinement a accentué les problématiques intrafamiliales

Salvatore Stella

0:00
0:00

Pour Salvatore Stella, président du Carrefour national de l'action éducative en milieu ouvert, la protection de l'enfance doit devenir une cause nationale

0:00
0:00

Dans le Pas-de-Calais comme ailleurs, le confinement a accentué les problématiques familiales

Michaël Roux, directeur SPReNe Côte d’Opale

0:00
0:00

Le secteur de la protection de l'enfance n'a pas les moyens suffisant pour faire face aux besoins

Michaël Roux, directeur SPReNe Côte d’Opale

0:00
0:00

Un recrutement difficile notamment à cause du système « Parcours Sup » selon Michaël Roux, directeur SPReNe Côte d’Opale

0:00
0:00

Au niveau national, 78% des départements ont désormais des listes d'attente, avec des délais d'environ 30 semaines.

Dans le département du Pas-de-Calais, 1000 enfants sont attente de prise en charge suite à une mesure éducative.

Commentaires

  • Slimane le 21 juin 2022 à 14:33

    Vous allez tous payé, vous vous caché derrière le manque des moyens ?? le temps vous jugeras l'histoire elle n'oublie pas elle ne ment pas et elle ne pardonne pas, 90% d'enfants chez l'ase n'est pas en danger,

Envoyer un commentaire

Notre Facebook

TURF

Accéder

Rechercher un titre

à

météo

Accéder